Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 22:05

fortemps_barques2.jpg

Barques, FRMk, 2007

 

Difficile de parler de Vincent Fortemps sans évoquer d'abord la création des éditions Fréon. Illustrateur belge né en 1967, Vincent Fortemps a étudié à l'Institut Saint-Luc de Bruxelles, école de bande dessinée où il a rencontré Thierry Van Hasselt, Denis et Olivier Deprez. Ensemble, ils forment le collectif Frigoproduction, commencent à publier chez Atoz et fondent en 1992 les éditions bruxelloises Fréon. Une maison d'édition indépendante créée et animée par des auteurs, donc.

Ils publient la revue annuelle Frigorevue, 4 numéros parus de 1992 à 1995, puis la bimestrielle Frigobox, 10 numéros de 1994 à 1999, où Jan Baetens et Olivier Deprez proposent, à côté des œuvres choisies, une approche théorique et critique, une réflexion sur le médium. Formats et maquettes variés, papiers et impression de qualité, faibles tirages.

 

fortemps_frigorevue1.jpg fortemps_frigorevue2.jpg fortemps_frigorevue3.jpg fortemps_frigorevue4.jpg

Les 4 numéros de Frigorevue, 1992-1995

fortemps_frigobox1.jpg fortemps_frigobox9.jpg fortemps_frigobox10.jpg

Les numéros 1, 9 et 10 de Frigobox, 1994-1999

 

Avant tout destinées à accueillir les travaux des membres du collectif, ils publient également des auteurs qui expérimentent techniquement et narrativement, comme Hector Oesterheld et Alberto Breccia (prépublication de Che), mais aussi Alex Barbier (De la chose, Lettre au maire de V., Autoportrait du vampire d'en face), Stefano Ricci (Dépôt noir, Anita avec Gabriella Giandelli), Éric Lambé (Ophélie et le directeur des ressources humaines), Dominique Goblet (Portraits crachés) ou Martin tom Dieck (Territiroirs, Salut Deleuze avec Jens Balzer). Un catalogue cohérent.

Utilisant les techniques de l'imprimerie en bande dessinée, les membres du groupe ont chacun une spécialité : Thierry Van Hasselt le monotype (Gloria Lopez), Vincent Fortemps le crayon lithographique sur rhodoïd (Cîmes), Denis Deprez la linogravure (Les Nébulaires).

Fréon se met rapidement à organiser des rencontres et manifestations internationales sous le label Autarcic Comix.

En 2002 apparaît le Frémok (FRMk), né de l'association des éditions Fréon et des éditions Amok (créées en 1994 par Yvan Alagbé et Olivier Marbœuf).

fortemps_cimes3.jpgfortemps_cimes4.jpg

Cîmes, Fréon, 1997

 

Vincent Fortemps prend le temps et publie peu. On le conçoit aisément. Son univers – grave, sombre, mélancolique – est peuplé de silences, de mers déchaînées, de bateaux échoués, de paysages dévastés par la guerre, hantés – plaie ouverte sur le ciel. Apparitions, disparitions. Le travail de la matière, palpable et comme odorante, le trait dépouillé et sensible, esquissé entre ténèbres et lumière, racontent la sauvagerie, la barbarie, la violence, la détresse, la douleur, la solitude, la folie des hommes. En un mot, le bruit et la fureur, comme dirait l'autre.

fortemps_sillons11.jpg

fortemps_sillons4.jpgfortemps_sillons5.jpg

fortemps_sillons6.jpgfortemps_sillons10.jpg

Par les sillons, FRMk, 2010

 

Mais Vincent Fortemps, c'est aussi la cinémécanique. En 2001, il rencontre le metteur en scène chorégraphe François Verret et expérimente pour la première fois l'illustration animée pour son film Kazpar Konzert (Arte, 2002, d'après le spectacle monté en 1998). Ensemble, ils réaliseront deux spectacles, Chantier-Musil (adaptation de L'homme sans qualité de Musil, 2003) et Contrecoups (adaptation d'Absalon ! Absalon ! de William Faulkner, 2005).

 

fortemps_musil1.jpg fortemps_musil2.jpg

fortemps_musil5.jpg fortemps_musil6.jpg

Chantier-Musil (coulisses), FRMk, 2003

 

Pour Chantier-Musil, Fortemps met au point avec l'éclairagiste Christian Dubet un procédé pour projeter et animer ses dessins en direct sur la scène : la cinémécanique. En 2005, ils donnent Bar-q-ues, adaptation animée de La Digue. Fortemps réalise ses performances au Centre Georges Pompidou (2005), à la Fondation Cartier (2009) ou encore au Grand Palais (2009).

 

fortemps_digue.jpg fortemps_digue2.jpg

La Digue, Amok, 2001

fortemps_barques3.jpg fortemps_barques4.jpg

Barques, FRMk, 2007

 

Le procédé : une feuille de rhodoïd sur laquelle Vincent Fortemps appose de l'encre noire qu'il travaille ensuite à la main, au chiffon, à la lame de rasoir, etc. Une caméra placée sous sa table de travail en verre filme et projette l'image en direct sur grand écran. Jouant sur l'intensité de la lumière, la vitesse d'exécution, le fractionnement de l'image, Christian Dubet et Gaëtan Besnard animent les dessins réalisés en direct. Le tout, sur un accompagnement sonore d'Alain Mahé.

 

Alternatives, Citévision/Lyon, avril 2005

 

Tracks, Arte, décembre 2005

 

Un artiste à l'identité graphique protéiforme et homogène qui sait se faire attendre, qui mûrit patiemment chacune de ses œuvres, de l'intérieur, sans se soucier des modes ni de la précipitation ambiante.
Voyage dans un univers singulier, entre rêve et réalité.
 
Bibliographie :
Cîmes / Fréon, 1997, rééd. FRMk, 2004
Campagne / B.ü.L.B Comix, 2000
La Digue / Amok, 2001
Paradis/Paraiso, collectif, Djazz 1 / FRMK, 2003
Chantier-Musil / FRMk, 2003
Barques / FRMk, 2007
Match de catch à Vielsam, collectif / FRMk, 2007
Par les sillons / FRMk, 2010

 

Match de catch à Vielsam, Rémy Pierlot vs Vincent Fortemps, 2007

 

+ d'infos :
Un entretien de 1999 avec Vincent Fortemps et Thierry Van Hasselt sur les débuts de Fréon ICI
Les blogs d'Olivier Deprez et Denis Deprez
Pour les curieux, le traité du Frémok, du 22 juin 2002, ICI


Photos ©FRMk

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gone Fishing - dans Portrait du dimanche
commenter cet article

commentaires

  • : Gone Fishing
  • Gone Fishing
  • : Pour cliquer des yeux
  • Contact

Page Facebook

Facebook_icon.gif

Rechercher

Catégories