Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 14:55

Dans ce très bref portrait, nous avons choisi de privilégier les lithographies et le côté mystique d'Odilon Redon plutôt que ses peintures et aquarelles, et mis de côté le catholicisme qui a fortement marqué les vingt dernières années de sa vie.

perversite 1891-copie-1

Perversité, eau-forte, pointe sèche, 1891. Bnf, Paris.


Issu d'une famille bourgeoise, Bertrand-Jean Redon, dit Odilon, naît le 20 avril 1840 à Bordeaux, d'un père bordelais et d'une mère créole épousée en Amérique – d'où la récurrence des barques dans son œuvre. Peu après sa naissance, la famille s'établit à Bordeaux et dans le domaine familial de Peyrelebade, dans le Médoc.

barque mystique odilon redon

La barque mystique, pastel, 1890-1895


Odilon fait tout très vite : il réalise ses premiers fusains à 6 ans et découvre les musées parisiens à 7. Il décide rapidement d'être artiste, avec le consentement de son père. Il prend des leçons de dessins de Gorin tout en poursuivant ses études, puis des cours particuliers d'architecture, mais il échoue au concours d'entrée de l'École. Il en gardera une précision rigoureuse dans le dessin des villes et un goût certain pour les formes géométriques.
 
centaure_lisant_odilon_redon.jpg

Centaure lisant, sans date 

Rêveur amoureux de nature et de sciences, il se passionne également pour l'hindouisme, et ses angoisses prendront rapidement le pas dans une œuvre souvent mystique. Il réalise dès 1860 ses premières aquarelles, durement critiquées car jugées trop proches de celles de son maître, Gorin. Ses premières peintures suivront vers 1862.

bresdin bataille

Bataille antique devant une ville fortifiée, Rodolphe Bresdin, sans date. Bnf, Paris.
bataille 1865 Bataille, Odilon Redon, eau-forte,1865. Bnf, Paris.

À Bordeaux, il rencontre Rodolphe Bresdin, graveur de villes étranges et de scènes aux détails foisonnants, qui l’initie à l’eau-forte et à la lithographie. Odilon est fasciné, et un lien très fort se tisse entre le maître et l’élève. L’influence de Bresdin se fera sentir dans une grande partie de son œuvre. Il s’essaie également à la sculpture, mais s’avère totalement imperméable à l’enseignement de Léon Gérome à « l’École dite des Beaux-Arts », de laquelle il ressort passablement dégoûté.

chimeres-1889-copie-1.jpg

Les Chimères de Jules Destrée, frontispice, lithographie, 1889. Bnf, Paris.

homme-parut--copie-1.jpg

Et l'homme parut, interrogeant le sol d'où il sort et qui l'attire, il se fraya la voie vers de sombres clartés,
estampe, sans date. Bnf, Paris.

Odilon adopte la technique de Bresdin en y ajoutant le clair-obscur cher à Rembrandt, dont il dira : « Il a donné la vie morale à l’ombre. » Ses premières eaux-fortes trouvent enfin grâce aux yeux de la critique bordelaise en 1866.
Il s’installe à Paris, quartier Montparnasse. Il réalise beaucoup de fusains durant l’année 1870. De 1875 à 1880, c’est la période la plus sombre de ses « Noirs ». Le thème du prisonnier est récurrent.


couv_dans-le-reve-1879-copie-1.jpg

Dans le Rêve, couverture, 1879. Bnf, Paris.
gnome 1879  le joueur 1879
Gnome, Le joueur, lithographies, in Dans le Rêve, 1879. Bnf, Paris.
limbes 1879 vision 1879
  Limbes, Vision, lithographies, in Dans le Rêve, 1879. Bnf, Paris.

Dix planches lithographiques paraissent dans un premier album, Dans le Rêve, en 1879. Adepte avant l’heure de la psychanalyse, Redon puise son inspiration dans le rêve et l’inconscient, quand ce n'est pas dans la pensée hindouiste.

 

Portrait-Of-Madame-Redon-Embroidering.jpg

Portrait de Madame Redon brodant, pastel, 1880.

 

Il épouse en 1880 une jeune Créole, Camille Falte, qui fera office d'attachée de presse et s’occupera de la vente et de la promotion de son œuvre.
l-oeil-1882.jpg

L'œil, comme un ballon bizarre se dirige vers l'infini, in A Edgar Poe, lithographie, 1882. Bnf, Paris.

Ses fusains, exposés en 1881 à La Vie Moderne, reçoivent un accueil mitigé. Amateur de poésie, Redon dédie à Edgar Poe son deuxième album de lithographies.
 
polype-difforme-1883.jpg

Le Polype difforme, in Les Origines, lithographie, 1883. Bnf, Paris.

Les Origines, huit lithographies mystiques relatant la création du monde et la venue de l’homme sur terre, est publié en 1883.
Redon créé le Premier Salon Libre et préside la réunion au cours de laquelle La Société des Artistes Indépendants voit le jour.


mort-1889-copie-1.jpgmort-1896.jpg

La mort, représentée en 1889 puis en 1896. Bnf, Paris.

La Mort : Mon ironie dépasse toutes les autres, in La Tentation de Saint Antoine, A Gustave Flaubert, lithographie, 1889,
et La Mort : C'est moi qui te rends sérieuse ; enlaçons-nous, estampe, 1896.

 le-jure-1887-copie-1.jpg Le juré d'Edmond Picard, planche 2, lithographie, 1887. Bnf, Paris.


Son fils décède quelques mois après sa naissance, en 1887, épisode tragique qui plongera Odilon dans une crise mystique jusqu'à la naissance d'un autre fils. L'année suivante voit la formation des Nabis, dont les chefs de file sont Gauguin et Redon.

redoncrying-spider1881.jpg araignee qui sourit 1887-copie-1

L'araignée qui pleure, 1881, et L'araignée qui sourit, lithographie, 1887. Bnf, Paris.

kundry-parsifal-1892.jpg

Kundry (Parsifal), lithographie, 1892. Bnf, Paris.


À partir de 1890, il fréquente de plus en plus régulièrement Gauguin, dont il admire la polyvalence et les facultés d'adaptation. Il abandonne progressivement ses « Noirs » au fusain pour la peinture et les pastels.
 
profil-de-lumiere-1887-copie-1.jpgau-reveil--copie-1.jpg

Profil de lumière, lithographie, 1887, et Au réveil j'aperçus une déesse de l'intelligence, estampe, sans date. Bnf, Paris.


The-Golden-Cell--(The-Blue-Profile)-1892 Profile

La cellule d'or, pastel et peinture à l'huile, 1892 et profil, sans date

 

La galerie Duran-Ruel lui rend hommage en exposant ses œuvres à côté de celles des Nabis. Une salle lui est entièrement consacrée au Salon d'Automne du Petit Palais. La reconnaissance ne fait que commencer...
Odilon Redon multipliera les collaborations artistiques jusqu'à sa mort en 1916.
 
Ce qui frappe, c'est le perfectionnisme d'Odilon Redon dans ses idées picturales : quand il a trouvé un sujet, une forme, il la reprend parfois des années plus tard pour en tirer partie jusqu'au bout ou en faire autre chose, servant au mieux son dessein du moment.


fleur-marecage-1885.jpgfleurs du mal 1890-copie-1

La fleur de marécage : une tête humaine et triste, in Hommage à Goya, lithographie, 1885
et Cul-de-lampe in Les fleurs du mal, estampe, 1890

 

+ d'infos :
Une grande partie de l'œuvre d'Odilon Redon est regroupée ICI et ICI.
On peut voir l'exposition « Odilon Redon – Prince du Rêve » au Grand Palais du 23 mars au 20 juin 2011.
Une expo a été consacrée à Rodolphe Bresdin à la BNF et le site réalisé pour l'occasion est toujours en ligne ICI.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gone Fishing - dans Portrait du dimanche
commenter cet article

commentaires

  • : Gone Fishing
  • Gone Fishing
  • : Pour cliquer des yeux
  • Contact

Page Facebook

Facebook_icon.gif

Rechercher

Catégories