Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 21:44

VU75014.jpg

©Gone Fishing

Repost 0
Published by Gone Fishing - dans Vu
commenter cet article
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 11:34

blexbolex illustrateur1

 

Blexbolex a construit au fil du temps un univers en trichromie, tout de silhouettes stylisées et de grands aplats de couleurs. Modelant directement les formes sans passer préalablement par un dessin au trait, Blexbolex fait preuve d'une curiosité graphique qui semble toujours se rapporter de près aux techniques d'impression, et être toujours en éveil.

 

blexbolex dada

blexbolex vitesse

La guerre et Vitesse, illustrations parues dans la revue Dada, n°141, Le Futurisme, 2008

blexbolex cook2      blexbolex cook3

Illustrations de I know how to cook, Phaidon Press, 2009

 

Un style très Art Déco, à mi-chemin entre Vladimir Lebedev et les affichistes russes, et les œuvres d'un Jacques Tati. Des silhouettes qui évoquent tantôt la figure de Tintin, tantôt celle de Popeye. Mais en définitive, un style qui a su se démarquer et se singulariser avec bonheur.

 

blexbolex in situ

In situ, illustration parue dans la revue Dada, n°122, La Photographie, 2006

blexbolex ny times

Illustration parue dans The New York Times

 

Une forte empreinte de l'esthétique des années 20-30, donc, où modernité rime avec simplicité et universalité. Une forte dimension onirique également. Et comme en clin d'œil, se retrouvent çà et là par les jeux de collage des motifs réitérés d'un travail l'autre.

 

blexbolex markische

Illustration parue dans Märkische Allgemeine Zeitung

 

Réaliser un album en sérigraphie – séparer les couleurs en tons directs – c'est penser la saturation et la surimpression de couleurs et de formes nécessairement simplifiées. De là sans doute naît la grande complicité qui s'établit entre l'artiste et son lecteur.

 

blexbolex telerama

Illustration parue dans Télérama, 2010

 

Bernard Granger, né dans le nord de la France, à Douai, en 1966, a passé son enfance en Auvergne, à Aurillac. Après avoir suivi un parcours incertain et chaotique de 1984 à 1989 – d'Angoulême à Angoulême, via Paris (1987) et Berlin (1988) – il sort diplômé de l'école des Beaux-Arts en 1991. Il découvre la sérigraphie dans l'atelier de Jean-François Guilberteau et apprend les techniques de l'édition.

 

blexbolex_woodaddict2.jpg

Planche de Woodaddict, auto-édité en 1992 en sérigraphie sur papier kraft

    blexbolex legsbox  blexbolex loststigers blexbolex derniercri1

Deux albums auto-édités et le n°4 de la revue Le Dernier Cri, 1993

 

Bernard Granger fabrique son premier livre en 1992 : XXX, imprimé en sérigraphie à 50 exemplaires, vendus en un mois à la librairie Un Regard moderne dans le Marais. C'est à partir du deuxième, édité la même année, qu'il prend le nom de Blexbolex, un nom dynamique, simple, clair et identifiable, à l'image de ce que sera sa production.

 

blexbolex ubu ru coffret blexbolex ubu ru1 blexbolex ubu ru2

blexbolex ubu ru3 blexbolex ubu ru4 blexbolex ubu ru5

Coffert et livrets de la série Ubu-Ru, 1994

 

Encore deux livres auto-édités en 1993, puis Blexbolex rejoint l'équipe du Dernier Cri : il participe à la revue éponyme, publie ses premiers livres de la série Ubu-Ru, puis OXO, en 1995 : des visages pop à (dé)composer up à l'aide de 44 volets indépendants, le tout sérigraphié et relié à la main.

 

blexbolex oxo   blexbolex oxo2

Oxo, 1995

 

En 1996, il donne ses comics Steacknife au Chacal Puant, puis auto-édite une dernière série, Whimpy, en 1998.

 

blexbolex steacknife1  blexbolex steacknife2  blexbolex_whimpy3.jpg

 

Sa rencontre avec Jean-Louis Gauthey à l'été 1996 est décisive. Il accepte de le rejoindre chez Cornélius et, de sérigraphe, devient rapidement directeur littéraire, lançant les collections Lucette et Louise, dans laquelle il publie son album L'enclos en 2001.

 

blexbolex_rogaton_man.jpg  blexbolex enclos

 

Il commence véritablement sa carrière d'illustrateur jeunesse en 2001, quand il publie avec Jean-Luc Fromental Rogaton-Man au Seuil Jeunesse. Il travaille bientôt avec Thierry Magnier, Les Requins Marteaux, Albin Michel Jeunesse…

 

blexbolex instantcrap1  blexbolex instantcrap2  blexbolex instantcrap3

blexbolex instantcrap1 1-copie-1

Instant Crap 1, 2 et 3, CBO, 2004

 

blexbolex bim2  blexbolex bim1

Bim de la Jungle, Thierry Magnier, 2004

 

En octobre 2006, son album L'Œil privé paraît aux Requins Marteaux, bientôt suivi de La longue-vue chez Thierry Magnier, en 2007, et du très beau Destination Abécédéria, toujours aux Requins, en 2008.

 

blexbolex oeilprive1  blexbolex longuevue  blexbolex longuevue2blexbolex abecederia

blexbolex panique   blexbolex_felure2-copie-1.jpg

P comme… Panique, L'Édune, 2008, et illustration de La Fêlure, Ouvroir Humoir, 2008

 

En janvier 2008, il signe le portfolio anniversaire des quinze ans de l'agence Illustrissimo, dans laquelle il est entré en 2007 : 8 planches qui retracent le parcours d'une image dans la chaîne graphique publicitaire, de l'illustrateur au client, et une sérigraphie panoramique (120 exemplaires).

 

   blexbolex Illustrateur  blexbolex redacteur

blexbolex illustrissimo

 

L'impression a été réalisé dans l'atelier de Valérie Vernet avant de rejoindre les tables de Philippe le Libraire, organisateur de l'événement. Un second tirage de 500 exemplaires, dont 250 commercialisés, a été réalisé chez Graphitec peu après, avec des couleurs différentes, en format A5.

 

blexbolex imagier3

lllustration extraite de L'imagier des gens, Albin Michel Jeunesse, 2008

 

En 2009, c'est la consécration internationale : choisi parmi plus de 700 livres, son Imagier des gens (Albin Michel Jeunesse) reçoit le prix du plus beau livre du monde (Worldwide Best Book Design Award), descerné par la Goldene Letter à la Foire du livre de Leipzig . L'album se distingue par son impression offset en trichromie – bleu, jaune, rouge – trois tons directs qui, se superposant, en donnent sept. Il aura fallu près d'une année de travail à Blexbolex pour associer un mot à une image, en pensant la double page, et parvenir à créer une dynamique sur plus 200 pages.

 

blexbolex saisons2

Baignade , illustrations extraites de l'album Saisons, Albin Michel Jeunesse, 2009

 

Il récidive l'année suivante avec Saisons, un album commandé par le Conseil régional du Val-de-Marne pour être offert aux nouveaux-nés cru 2010.

 

blexbolex fetiches1      blexbolex fetiche2

Dans la marge, Arts Factory, 2009

 

Entre-temps, un cahier Blexbolex paraît dans la collection Dans la marge chez Arts Factory : 34 portraits « fétiches » extraits de ses carnets et retravaillées après collage – un livre effectivement en marge de sa production.

 

Blexbolex a collaboré à de nombreuses revues, parmi lesquelles Le Dernier Cri (n°4 et 8, 1993 et 1994), OBCN (n°3 et 4, CBO, 1997 et 1999), Fusée (n°8, 9 et 11, Automne 67), Ferraille (n°6 en 1999, puis n°21 à 27, en 2006, Les Requins Marteaux), Comix 2000, Le Muscle Carabine (UDA, 2007, 2008, 2009), Dada (2006 et 2008). 

 

blexbolex_ferraille27_0.jpg    blexbolex ferraille27    blexbolex ferraille27 2

Couvertures et pages intérieures du n°27 de la revue Ferraille, 2006

blexbolex xxi 2 Blexbolex xxi 3

Illustrations pour un article sur la B42 paru dans le hors-série de la revue XXI, Histoires de Livres, 2009

 

Il a participé aux deux premiers numéros de la revue londonienne Nobrow d'Alex Spiro et Sam Arthur, tirée à 3000 exemplaires, signant la couverture du second, et a publié chez Nobrow Press deux livres, Dog Crime et une version anglaise d'Abecederia.

blexbolex dogcrime1  blexbolex dogcrime2

 

Une curiosité :  Reborn Again, 48 masques dits « machés par la couleur », réalisé avec Stefanie Schilling et paru début 2010 chez United Dead Artists (UDA).

                                blexbolex reborn1   blexbolex reborn2

 

Blexbolex a publié à ce jour près d’une trentaine d’ouvrages, avec, toujours, le même soucis de qualité.
Il vit et travaille actuellement à Berlin.

 

blexbolex ny times2

Illustration parue dans The New York Times

 

Bibliographie sélective :
 
Les débuts de Blexbolex et Blexbolex sérigraphe :
Cahier de Jef / auto-édité, 1992, 16 pages, 35 ex.
The Woodaddict / auto-édité, 1992, 20 pages, 50 ex. (sérigraphie sur kraft)
Legs Box / auto-édité, 1993, 26 pages, 50 ex. (photocopie)
Losts Tigers Are Falling Appart / auto-édité, 1993, 26 pages, 50 ex. (photocopie et linogravure sur papier calque)
Super Shitty Book / Hanga Roa, coll. Microbe, 1994, 12 pages, 60 ex.
Ubu-Ru n°1 à 5 / Le Dernier Cri, coll. Corps Étrangers, 1994, coffret de 128 pages, 15 ex.
OXO / Le Dernier Cri, coll. Corps Étrangers, 1995, 48 pages, 100 ex.
Steacknife n°1 et 2 / Chacal Puant, 1996 et 1997, 16 pages chacun
Whimpy / auto-édité, 1998, 8 pages
Mr Code / CBO, coll. Flûte, 2000, 12 pages, 120 ex.
Who's Who / CBO, coll. 30x40, 2000, 16 pages, 150 ex.
Instant Crap n°1, 2 et 3 / CBO, 2004-2005, 14 pages chacun, 150 ex.
Dats Fun / Le 9e Monde, 2006, 24 pages, 120 ex.
La Fêlure / Ouvroir Humoir, 2008, 24 images, 30 pages, 1000 ex.
 

Blexbolex illustrateur :
Disaster Boy / Le Dernier Cri, coll. Bikro, 1999, 32 pages, 450 ex.
Rogaton Man, avec Jean-Luc Fromental / Seuil Jeunesse, 2001
L'Enclos / Cornélius, coll. Louise, 2001
Bim de la Jungle / Thierry Magnier, coll. Tête de lard, 2004, 24 pages
L'Œil privé / Les Requins Marteaux, coll. Inox, 2006
La Longue-vue / Thierry Magnier, coll. Petite Poche BD, 2007, 48 pages
Peindre / Thierry Magnier, coll. Petite Poche BD, 2007, 48 pages
Spleen / Fotokino, 2008
Destination Abecederia / Les Requins Marteaux, 2008, 32 pages
P, album de L'Abécédaire / L'Édune, 2008, 48 pages
L'imagier des Gens / Albin Michel Jeunesse, 2008, 208 pages
Saisons / Albin Michel Jeunesse, 2009, 176 pages
Blexbolex, collection Dans La marge / Arts Factory, 2009
I Know How To Cook, text by Ginette Mathiot / Phaidon Press, 2009


+ d'infos :
Portfolio Blexbolex sur le site de l'agence Illustrissimo.
La cinquantaine de publications en revues avec visuels des couvertures à voir sur Graphzines
En vente chez Arts Factory, des digigraphies de L'Œil privé, éditions limitées à 10 exemplaires signés et numérotés (40 x 50 cm, 200 € encadrées)

Images et illustrations ©Blexbolex et éditeurs

 
Repost 0
Published by Gone Fishing - dans Portrait du dimanche
commenter cet article
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 10:19

akinori opniyama1
Détente ludique avec le jeu Opniyama imaginé par Akinori Oishi et présenté en 2002 lors de l'inauguration du Palais de Tokyo à Paris dans le cadre des Tokyo Games proposés par Laurence Hazout-Dreyfus.

akinori opniyama2
Pour l'occasion, donc, Akinori Oishi et son ami Gomoy (le programmateur Guillaume Clary) ont réalisé Opniyama – un jeu vidéo conçu comme une œuvre interactive aux possibilités infinies – sur une musique de Got (Deework).
 
Multipliant les alias au gré de l'humeur, on y explore des niveaux peuplés de sons et de créatures fantastiques protéiformes en récoltant et en plantant des graines aux curieuses pousses moominesques…

Un regret : la version en ligne ne permet pas l'affichage en plein écran. Frustrant !
akinori opniyama3     akinori opniyama4

À gravir les pentes de l'Opni, gagne-t-on la sagesse ?



akinori opniyama5
Le studio graphique lillois teamcHmAn (de Sébastien Kochman et Bernard Candau), pour lequel Akinori a travaillé de 2001 à 2003, a fermé ses portes en 2004.
 
Jeu ©teamcHmAn 2002

Repost 0
Published by Gone Fishing - dans Bonus
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 13:36

Paris_Graffiti5_116.jpg

    Paris Graffiti5 115  Paris_Graffiti5_127.jpg

Paris_Graffiti5_122.jpg

Paris_Graffiti5_121.jpg

Paris_Graffiti5_120.jpg

Paris_Graffiti5_119.jpg

    Paris_Graffiti5_125.jpg  Paris_Graffiti5_126.jpg

Paris_Graffiti5_68.jpg

Paris_Graffiti5_140.jpg

    Paris_Graffiti5_118.jpg  Paris Graffiti5 123

Paris_Graffiti5_54.jpg

Paris_Graffiti5_66.jpg

    Paris_Graffiti5_134.jpg  Paris_Graffiti5_130.jpg

    Paris_Graffiti5_144.jpg  Paris_Graffiti5_69.jpg

    Paris_Graffiti5_147.jpg  Paris_Graffiti5_117.jpg

Paris_Graffiti5_71.jpg

©Gone Fishing

Repost 0
Published by Gone Fishing - dans Street Art
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 08:18

Pagni Rapid affiche2

 

L'exposition Rapid de Gianpaolo Pagni, organisée à l'initiative de la Bibliothèque, Médiathèque Hermeland de Saint-Herblain, à quelques encâblures de Nantes, présente près de 150 œuvres de l'artiste dans un grand espace de 150 m2.

 

Pagni Rapid1

Pagni Rapid3

Pagni Rapid2

Pagni Rapid6

 

On y retrouve notamment les séries Véry, Serial Painter, Livres libres, Personnes, et les illustrations que Pagni a réalisées pour ses trois derniers livres parus en 2009 et 2010 : Double Face, Mirandola et Dedans.

 

Pagni Mirandola1 Pagni Mirandola2

 Pagni Dedans1Pagni Dedans2

Œuvres extraites de Mirandola et Dedans, 2010

 
Depuis son tout premier livre, Dactylo, publié en 2000, Gianpaolo Pagni développe un langage très personnel et efficace, où l'absurde et la poésie s'entremêlent pour faire trace, empreinte. Peinture acrylique ou industrielle, découpage, tampons, gravure, dessin – papier imprimé (la série Véry porte le nom du magazine recyclé et détourné par l'artiste), papier de soie, papier mousseline ou encore rhodoïd – le style singulier de Pagni est ici comme à l'épreuve.

 

Pagni Very1 Pagni Very2

Pagni Very3 Pagni Very4

Œuvres appartenant à la série Véry, 2010

 

Une exposition très complète, dynamique et soignée, à voir absolument !

 
Pagni Rapid affiche1

 

Rapid de Gianpaolo Pagni, du 1er février au 19 mars 2011
Médiathèque Hermeland • Rue François Rabelais • 44800 Saint-Herblain
Entrée libre et gratuite !
 
Bibliographie sélectivre :
Dedans, éditions Sarbacane, 2010, 32 p., 5 €
Mirandola : tentative d'épuisement d'empreintes d'objets tamponnables, Homecooking/Maison Rouge, 2010, 128 p., 20 €
Double-Face, Corraini, 2009, 40 p., 20 €
 
+ d'infos :
Le site de La Bibliothèque
Le site de Gianpaolo Pagni

Illustrations ©Gianpaolo Pagni
Photos de l'exposition ©La Bibliothèque

(Un grand merci à Martine Messe, de la Bibliothèque, pour sa gentillesse et sa disponibilité.)

Repost 0
Published by Gone Fishing - dans Expos
commenter cet article
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 23:29

Paris_Graffiti5_49.JPG

Paris Graffiti5 48

Paris Graffiti5 47

     Paris Graffiti5 45    Paris Graffiti5 37

Paris Graffiti5 43

Paris Graffiti5 42

Paris Graffiti5 40

Paris Graffiti5 38

    Paris Graffiti5 44  Paris Graffiti5 32

Paris_Graffiti5_29.jpg

Paris_Graffiti5_30.jpg

Paris_Graffiti5_31.jpg

Paris_Graffiti5_34.jpg

 

©Gone Fishing

Repost 0
Published by Gone Fishing - dans Street Art
commenter cet article
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 09:35

cecile_belmont.jpg

© Cécile Belmont/Editions Mugs Design

 

Lancées fin 2010 à Berlin, les Éditions Mugs Design impriment à la demande des créations d'artistes sur un modèle unique de tasses à 12,90€. Le choix n'est pas encore énorme, mais va sans doute s'étoffer rapidement.

 

maria_elina_mendez.jpg

© Maria Elina Mendez/Editions Mugs Design

caroline_attia.jpg

© Caroline Attia/Editions Mugs Design

Khat_faktory.jpg

© Khat factory/Editions Mugs Design

vanessa_gandar.jpg

©Vanessa Gandar/Editions Mugs Design

mathilde_payen.jpg

© Mathilde Payen/Editions Mugs Design

 

Une idée toute bête pour un cadeau graphique et pratique !

 

Lydiane Karman

© Lydiane Karman/Editions Mugs Design

Repost 0
Published by Gone Fishing - dans Shopping graphique
commenter cet article
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 18:56

bulmer_north_12.jpg

The North, 1965

John Bulmer est l'un des premiers photographes à utiliser la couleur au début des années 60. À cette époque, les photographes professionnels préfèrent le noir et blanc, plus graphique et plus sérieux sur les murs des galeries. La photographie couleur est alors considérée comme vulgaire et commerciale, laissée à la publicité, aux amateurs ainsi qu'aux photos de famille ou autres albums "souvenirs".

 

bulmer_manchester_3.JPG

bulmer_5.JPG

bulmer_manchester_7.JPG

Manchester, 1977

bulmer_7_halifax_laundry.JPG

Halifax, West Yorkshire, 1965

John Bulmer, lui, se moque des galeries et veut faire du reportage : la couleur lui convient parfaitement pour rendre au mieux l'atmosphère de l'Angleterre post-industrielle. La ville, les gens, la brume… à une époque où les rues sont habitées, où jeux d'échanges et scènes cocasses étaient lot quotidien. Il ne s'intéresse pas à la photographie en tant qu'œuvre artistique, mais en tant que procédé journalistique. Il préfère voir ses images publiées dans les pages des magazines.

 

bulmer 1

bulmer_3.JPG

Reportage sur le Nord, régions minières de l'Angleterre, dans le Sunday Times

Autodidacte fortement influencé par Life, notamment par les travaux de Larry Burrows, William Klein et Mark Kauffman, John Bulmer fut un photographe très actif de 1959 à 1979. Comme il le dit lui-même, prendre des photos aux couleurs du Nord était un vrai défi, étant donné la noire et lourde représentation que chacun en avait.

 

bulmer_manchester_9.JPG

bulmer_North_10.JPG

bulmer_north_uk_11.jpg

Yorkshire, 1965

On est saisi par l'ambiance qui s'échappe de ses photos : de grandes rues vides, où s'amoncellent des ruines, telles des décors désertés, les gueules noires et les tronches dont il tire le portrait, les éclats de voix et de rires captés au détour d'un pas de porte ou d'un pub...

 

bulmer_nelson_9.JPG

bulmer_nelson_12.JPG

bulmer_nelson_10-copie-1.JPG

Nelson, Lancashire, 1960

bulmer_hartlepool_4.JPG

bulmer_9_hartlepool_pet.JPG

Hartlepool, 1961

Si l'on retient surtout son travail humaniste sur cette Angleterre qui l'attire et le consterne à la fois, John Bulmer est l'auteur de bien d'autres reportages à travers le monde pour lesquels il a souvent utilisé le noir et blanc.

 

bulmer_nelson_4.JPG

Nelson, Lancashire, 1960

bulmer_black_country_2.JPG

Black Country, 1965

Un noir et blanc choisi pour rendre au mieux l'esthétisme, la composition de ses photos et... certains regards. Alors oui, on peut trouver mieux rendu, comme noir et blanc, plus efficace, comme composition, ou encore plus de parti pris dans l'esthétisme, mais sur chacune de ses photos, il y a quelque chose qui retient l'attention. Une présence, un détail, un clin d'œil caressés par l'objectif de Bulmer, jamais volés. Pas de spectaculaire, "seulement" de l'humain et de l'humour.

 

bulmer_durham_1965.jpg

Durham, 1965

Il collabore avec le Daily Express, puis Town Magazine (tout jeune magazine de mode dont la direction artistique est assurée par Tom Wolsey que Bulmer admire beaucoup), enfin avec le Sunday Times.

bulmer_tokyo_5.JPG

Tokyo, 1963, pour le Sunday Times

bulmer_north_korea_8.JPG

North Korea, 1973, pour le Sunday Times

bulmer_romania_10.JPG

Romania, 1968, pour Venture Magazine

 

Il s'attèle ensuite essentiellement à la création de films documentaires. Son nom est pourtant peu connu aujourd'hui dans le monde de la photo, malgré son émouvant témoignage sur la classe moyenne anglaise face à la crise industrielle. Ce n'est qu'en 2000, après avoir partiellement perdu la vue, que Bulmer se replonge dans ses archives photographiques. Depuis, expositions, Unes de magazines, festivals et rétrospectives se succèdent, mettant son œuvre à l'honneur.

 


Interview de John Bulmer lors de sa rétrospective au Hereford Photo Festival, 2009

 

À 70 ans, il continue d'archiver ses photos dans la campagne d'Herefordshire, d'où il est originaire, et la plupart n'ont jamais été montrées. Beaucoup reste donc à découvrir !

bulmer_france_1.JPG

 

+ d'infos :
Le site internet de John Bulmer 
Un diaporama sur le site How to be a retronaut  et sur le Guardian en ligne
Un interview sur le site du Professional photographer

 

Photographies ©John Bulmer ; Unes et extraits de magazine ©Sunday Times

Repost 0
Published by Gone Fishing - dans Portrait du dimanche
commenter cet article
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 14:41

Donatien Mary Sauvages1

Illustration pour Petits sauvages de David Almond, Actes Sud, Heyoka Jeunesse, 2009

 

Donatien Mary est un jeune illustrateur talentueux, féru de gravure sous toutes ses formes. Diplômé des Arts décoratifs de Strasbourg en 2007, il a participé à la fondation du collectif Troglodyte, avec lequel il a notamment publié en 2009 Pendant ce temps, un dépliant sérigraphié avec Jérôme Meyer Bisch, et un recueil d'eaux-fortes avec Matthias Picard, La Comète.

 

Donatien Mary Comete1  Donatien Mary Comete2

La Comète, avec Matthias Picard, Troglodyte, 2009

 

Troglodyte, c'est aussi le webzine Numo. Donatien Mary a réalisé un film d'animation pour le numéro 2, « Lili Romance », paru en mai 2006 : « La Chute des graves ».

 

Donatien_Mary_Graves.jpg

 

« La chute des graves », Numo n°2, 2006

 

Il a également participé en janvier 2009 au numéro 6, « Numo RN66 ». On lui doit la gravure qui sert de toile de fond, et un court récit gravé, « Hubert de Stercoraire, le bousier ».

 

Donatien Mary NumoRN66

Donatien Mary Hubert1

Illustration pour le numéro 6 de Numo, RN66, où paraît « Hubert de Stercoraire, le bousier », 2009

 

Donatien Mary commence alors à élargir son cercle. Il contribue à la nouvelle formule de la revue Lapin éditée par L'Association, dans laquelle il publie en 2009-2010 un feuilleton sur quatre numéros (37 à 41), « Le premier bal d'Emma », un travail à quatre mains dessiné et écrit avec Sophie Dutertre.

 

Donatien Mary Lapin40a       Donatien Mary Lapin49b

« Le premier bal d'Emma », avec Sophie Dutertre, Lapin n°39, L'Association, 2009-2010

 

En janvier 2009, il illustre Petits sauvages, un livre de David Almond publié par Actes Sud Papiers dans sa collection de théâtre Heyoka Jeunesse.

 

Donatien Mary Sauvages2    Donatien Mary Sauvages4

Illustrations pour Petis sauvages de David Almond, Actes Sud, Heyoka Jeunesse, 2009

 

Mais c'est cet automne 2010 que Donatien Mary semble prendre son essor. Il illustre pour Les Petits Platons Le Fantôme de Karl Marx, dont l'histoire est due à Ronan de Calan. Des illustrations très réussies, très stylisées, une interprétation intéressante de l'œuvre de Vladimir Lebedev.

 

Donatien Mary Marx1  Donatien Mary Marx2

Donatien Mary Marx3

Donatien Mary Marx4  Donatien Mary Marx7

Donatien Mary Marx6

Illustrations pour Le Fantôme de Karl Marx, Les Petits Platons, 2010

 

Au même moment paraît le premier livre des Éditions 2024, Les Derniers Dinosaures, écrit par Didier de Calan, pour lequel Donatien Mary a réalisé une cinquantaine de gravures sur lino. Un livre savoureux – clin d'œil aux éditions scientifiques du XIXe siècle bien que résolument moderne – qui mêle humour, élégance et poésie.

 

Donatien Mary Dino1

Donatien Mary Dino8  Donatien Mary Dino9

Donatien Mary Dino2-copie-1  Donatien Mary Dino7

Illustrations pour Les Derniers Dinosaures, texte de Didier de Calan, Éditions 2024, 2010

 

Depuis quelque temps déjà, Donatien Mary travaille seul à un projet de longue haleine : Stubb, une bande-dessinée entièrement réalisée en taille-douce, dont les premières planches mettent l'eau à la bouche.

 

Donatien Mary Stubb1  Donatien Mary Stubb2

Donatien Mary Stubb4

Planches réalisées en taille-douce pour Stubb, projet en cours

 

Si Donatien Mary expérimente sans cesse, avec un certain brio et un talent indéniable, il lui reste à faire assaut de créativité pour enfin trouver sa voix propre. À suivre, donc.

 

Donatien Mary Sauvages3

 

Bibliographie :
Petits sauvages, texte de David Almond / Actes Sud Papiers, Heyoka Jeunesse, 2009
Le Fantôme de Karl Marx, texte de Ronan de Calan / Les Petits Platons, 2010
Les Derniers Dinosaures, texte de Doidier de Calan / Éditions 2024, 2010
 
+ d'infos :
Le site de Donatien Mary
Donatien Mary exposera son travail, « Enfin la vérité sur la disparition des dinosaures ! », au Pavillon Jeunes Talents du Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême du 27 au 30 janvier 2011
Le site du collectif Troglodyte et du webzine Numo
 
Illustrations ©Donatien Mary et éditeurs

Repost 0
Published by Gone Fishing - dans À surveiller
commenter cet article
26 décembre 2010 7 26 /12 /décembre /2010 14:22

Silvestre

 

En France, nous l'avons découvert sous le nom de Silvestre, quand les éditions Amok ont fait paraître Relations (1995), puis Simple (2000), deux albums marginaux, dits minimalistes, dans lesquels l'auteur s'interroge sur la création et la narration en bande dessinée, en démontant les ressorts et artifices.

 

Silvestre Relations1  Silvestre Simple1

Couvertures françaises de la réédition de Relations (Amok, 1999) et de l'édition originale de Simple (Amok, 2000)

 

Les personnages découvrent avec amertume l'ironie de leur nature et de leur sort, les limites liées à leur fonction née de l'encre et du papier.

 

Silvestre Relations2  Silvestre Relations3

Silvestre Relations5  Silvestre Relations4

Silvestre Relations6  Silvestre Relations7

Planches extraites de Relations

 

Puis le double fictionnel de l'auteur poursuit son travail de sape, s'accrochant fermement en bas à droite de chaque case de l'album Simple, pour dénoncer l'hypocrisie, refuser de participer au mensonge et stopper le récit, jusqu'à devenir pure fiction.

 

Silvestre Simple2  Silvestre Simple3

Silvestre Simple4  Silvestre Simple5

Silvestre Simple6  Silvestre Simple7

Silvestre Simple8  Silvestre Simple9

Planches extraites de Simple

 

Or ce travail, qui a marqué les esprits à juste titre, fait un peu figure de parenthèse au sein de l'œuvre prolifique et majeure d'un des maîtres du dessin en noir et blanc espagnol.

 

Au moment, donc, où on découvre le travail de Silvestre, Federico Del Barrio Jiménez est déjà un dessinateur accompli. Né à Madrid en 1957, il publie ses premiers dessins en 1980 dans la revue française Pilote (Jardín), puis dans les revues espagnoles Nueva Frontera, Tótem, Bumerang, Rambla, Cimoc (Tierra S.A., en 1982, avec l'écrivain Pérez Navarro).

 

Barrio Tierra

Planche de Tierra S.A., série publiée dans la revue Cimoc en 1982

 

À partir de 1984, il participe activement à la movida, et devient un collaborateur régulier de la célèbre revue Madriz, dirigée par Felipe Hernandez Cava. Il y publie jusqu'en 1987, avec Elisa Gálvez au scénario, une série de courtes histoires qui marquent une véritable rupture avec les conventions du genre.

 

Barrio Madriz1

Planche de Del Barrio et Gálvez publiée dans la revue Madriz

 

Ses premiers travaux sont réunis dans un album de compilation, La orilla, en 1985.

 

Barrio Orilla

 

Planche de La orilla, Del Barrio et Gálvez, Sombras, 1985

 

Les  Cahiers de la Bande Dessinée lui consacrent en France leur numéro 75 en 1987. L'année suivante, il commence à travailler en tant que responsable des illustrations pour la revue espagnole Medios Revueltos et publie avec Cava le premier tome de la trilogie d'Amoros, Firmado Mister Foo. Le second album de compilation de ses premiers travaux, Léon Doderlín, paraît en 1991.

 

Barrio Doderlin

Planche de Léon Doderlín, Casset, 1991

 

Barrio Derechos

Planche de Del Barrio parue dans Los derechos del niño, collectif, Ikusager, 1991

 

Parallèlement à son travail de dessinateur, Del Barrio s'intéresse de près au théâtre. Il écrit en 1993 son premier texte, El dia que volo Renata, pour une compagnie madrilène de théâtre alternatif, El Canto de la Cabra, créée en 1992 par Elisa Gálvez, avec qui il a longtemps collaboré à la revue Madriz. Une année prolifique qui voit paraître quatre albums de Del Barrio en collaboration avec Felipe Hernandez Cava, qui lui commande le deuxième volet d'une trilogie sur le conquistador espagnol Lope de Aguirre. Le premier volet avait été dessiné par Enrique Breccia, le fils du grand Alberto Breccia, en 1989. Le dessin en couleur de Del Barrio se révèle époustouflant, digne du meilleur de Breccia en la matière.

 

Barrio Aguirre  Barrio Aguirre2

Planches extraites de Lope de Aguirre. La Conjura, 1993

 

Les trois autres albums sont les trois derniers volets de la série Las Memorias de Amorós publiés, avec Felipe Hernandez Cava au scénario, par Ikusager. D'un style très différent, qui fait la part belle à la précision du trait, aux perspectives et jeux de lumière du noir et blanc, Del Barrio excelle. Le premier volet,  Firmado Mister Foo, avait été publié en 1988.

 

Barrio MisterFoo2  Barrio MisterFoo3

Planches extraites de Signé Mister Foo, Amok, 2000

 

La mahistrale trilogie historico-policière Les Mémoires d'AmorosSigné Mister Foo, La Lumière d'un siècle mort, Les Ailes calmes – est publié chez Amok puis Frémok entre 2000 et 2004. Avec le personnage d'Angel Amoros – double du rédacteur en chef du journal anarchiste La Tierra Eduardo de Guzman, qui fut arrêté, emprisonné et condamné à la peine de mort au moment de l'arrivée au pouvoir de Franco, et qui se tourna vers la littérature policière après sa libération – les deux compères s'attaquent à la période trouble de l'Espagne qui précède la fameuse guerre de 1936, au passé colonial du pays qui a vendu les Philippines en 1898 aux Américains, à son histoire mouvementée, de la guerre d'Afrique à l'inévitable guerre civile.

Barrio Lumiere2  Barrio Lumiere4

Planches extraites de La Lumière d'un siècle mort, Amok, 2001

Barrio Ailes2  Barrio Ailes3

Planches extraites de La Lumière d'un siècle mort, Frémok, 2004

 

On songe au travail entrepris par Alberto Breccia et Juan Sasturain sur l'histoire de l'Argentine et la dictature des généraux dans Perramus.
 
En 1996, Federico Del Barrio devient codirecteur de la revue El Ojo Clínico. Deux ans plus tard, il publie quotidiennement sous le pseudonyme de Cain, toujours avec Cava, des vignettes humoristiques dans le journal La Rázon.
 
Le Piège, paru en 2008 chez Actes Sud, est un roman graphique mêlant les réflexions sur la bande dessinée comme médium artistique et sur le destin de l'Espagne durant la période franquiste, impliquant la responsabilité morale de l'artiste dans la société.
 
Son dernier travail, El hombre de arena, adaptation par Mai Prol d'un conte d'Hoffman, a été publié cette année, avec des dessins en noir et blanc en pleine page. On reconnaît là encore un dessins très proche du Breccia de Dracula.

Barrio Hombre2

Barrio Hombre3

Planches extraites de El hombre de arena, De Ponent, 2010

 

 

Pour l'exposition Cent pour cent bande dessinée, présentée en 2010 au festival d'Angoulême et reprise à la Bibliothèque Forney (jusqu'au 8 janvier 2011), Del Barrio a travaillé à partir d'une planche de… Breccia.
 
 
Bibliographie :
 
La orilla / Sombras, 1985 (compilation des histoires publiées dans Madriz avec Elisa Gálvez)
Léon Doderlín / Casset, 1991 (compilation des histoires écrites par lui-même ou avec Elisa Gálvez dans Madriz et Medios Revueltos)
Relations (sous le pseudonyme de Silvestre) / Amok, Octave, 1995
Simple (sous le pseudonyme de Silvestre) / Amok, Octave, 1999
El hombre de arena, scénario de Mai Prol, adaptation d'un conte de Hoffman / De Ponent, 2010
 
Avec Felipe Hernandez Cava au scénario :
Firmado Mister Foo, 1988 / Signé Mister Foo, Frémok, Octave, 2000
Lope de Aguirre. La Conjura, 1993 (deuxième volet d'une trilogie scénarisée par Cava, dont le premier, La Aventura, a été dessiné par Enrique Breccia en 1989, et le troisième, La Expiación, par Ricard Castells en 1998)
La luz de un siglo muerto / Ikusager, 1993 / La Lumière d'un siècle mort, Frémok, Octave, 2001
Las alas calma / Ikusager, 1993 / Les Ailes calmes, Frémok, Octave, 2004
Ars Profetica / Ikusager, 1993
El artefacto perverso / Planeta, 1996, primé au salon de Barcelone de 1997 / Le Piège, Actes Sud, L'An 2, 2008
Caín / Nausicaa, 2007 (compilation des vignettes humoristiques parues dans La Rázon)
 
Écrits pour le théâtre (El Canto de la Cabra) :
El dia que volo Renata, 1993
Viaje al Tartaro, 1995
Caín, 1998
¿Qué? Nada, 2000
 
Collectifs :
Los derechos del niño / Ikusager, 1991
Pop Español / Casset, 1991
L'Argent roi, 1994
11 M. Once miradas, 2005
Dibujando el Transcantábrico, 2009
 
 

+ d'infos :
Un bon papier sur Federico Del Barrio, à lire sur le blog d'Emmanuel Andres, Deskartes Mil (en espagnol) 
Sur la trilogie Lope de Aguirre de Felipe Hernandez Cava, dont les volets ont été dessinés par trois dessinateurs différents, lire l'étude de Jan Baetens, « Une “autre” histoire. Les leçons de la forme dans la bande dessinée historique espagnole »
Sur la trilogie Les Mémoires d'Amaros, voir le site des éditions Frémok
 
 
Illustrations ©Silvestre / Federico Del Barrio et éditeurs

 

 

Repost 0
Published by Gone Fishing - dans Portrait du dimanche
commenter cet article

  • : Gone Fishing
  • Gone Fishing
  • : Pour cliquer des yeux
  • Contact

Page Facebook

Facebook_icon.gif

Rechercher

Catégories